Déconfinement

LÀ OÙ LA PHILO MÈNE

φ Déconfinement φ

En plein confinement, des dizaines de Parisiens, dans un grand lâcher-prise, ont dansé dans la rue au rythme de Dalida. La police est venue mettre fin à l’événement et disperser les participants.

Comment sera le déconfinement? Vécu comme une fête sans limites autres que celles policières, témoin d’un manque de libertés ressenti ?

Mais la liberté, en général, nous a-t-elle été retirée avec le confinement ? Pour Sartre, la liberté est une condition pour l’être humain: «Nous sommes condamnés à être libres.»
C’est pour lui un projet, une intentionnalité. Elle se vit dans l’angoisse devant la nécessité de choisir parmi tous les possibles. L’être humain vit « en situation » : il a un corps, un passé, des amis, des ennemis, il appartient à une certaine époque en un certain lieu… Mais la situation dans laquelle il vit ne détermine pas son existence. Il peut encore choisir de s’y soumettre ou de la dépasser par ses projets, par ce qu’il décide de faire de ce qui lui est donné. C’est cela être libre. C’est en ce sens que Sartre peut affirmer que « nous n’avons jamais été aussi libres que sous l’occupation allemande. » Et on a vu surgir pendant ce confinement énormément de projets liés à la solidarité, l’alimentation, le soutien, l’éducation, l’occupationnel…

Sartre ajoute « On ne fait pas toujours ce que l’on veut , mais on est toujours responsable de ce que l’on fait. » La liberté implique une entière responsabilité du sujet.

« Quand nous disons que l’homme est responsable de lui-même, nous ne voulons pas dire que l’homme est responsable de sa stricte individualité, mais qu’il est responsable de tous les hommes. Notre responsabilité engage l’humanité toute entière. Je suis responsable pour moi-même et pour tous, et je crée une certaine image de l’homme que je choisis; en me choisissant, je choisis l’homme. » Pour Jean-paul Sartre, L’existentialisme est un humanisme

Ma liberté passe par la liberté d’autrui.

Rousseau disait que «L’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté.» Alors le temps est venu d’introduire une relation de confiance et de responsabilisation individuelle entre les citoyens et les pouvoirs publics qui devraient les représenter.

EXTRAITS DUN ARTICLE À LIRE DANS SON INTÉGRALITÉ SUR LE SITE DE L’ACADÉMIE DE GRENOBLE

BD de Jacky Arlettaz et Frédéric Baylot

LIRE D’AUTRES BD DE FRÉDÉRIC SUR BAYLOT.ORG

#bandedessinee #bandedessinée #bd #HistoireCourte #HistoiresCourtes #InstaBD #FrédéricBaylot #BDLàOùLaPhiloMène #BDLaOuLaPhiloMene #sketch #illustration #illustrations #drawing #dessin #bandedessinee #bandedessinée #HistoireCourte #HistoiresCourtes #dessindujour #drawingoftheday #instadraw

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s